Project Description

Article paru dans le Vers l’Avenir du 26 février 2013

 

COURT-SAINT-ETIENNE – Après divers ouvrages consacrés aux grandes fortunes et familles illustres du Brabant wallon, revoici Éric Meuwissen avec «Foncièrement riches».

Déjà auteur de plusieurs ouvrages consacrés aux grandes fortunes et illustres familles issues du Brabant wallon, dont Les grandes fortunes du Brabant chez Quorum en 1994, Richesse oblige chez Racine en 1999 et Argenteuil, le domaine des rois chez Art in Belgium en 2005, Éric Meuwissen, également auteur de nombreux articles dans diverses revues d’histoire locale dont Wavriensia, sortira de presse ce printemps un ouvrage intitulé Foncièrement riches et consacré à quelques grands propriétaires terriens en Brabant wallon, dont les familles Mosselman, Boël et Goblet d’Alviella.

Âgé de 53 ans, historien de formation (ULB 1981), ancien journaliste et aujourd’hui employé à la Province, Éric Meuwissen a obtenu en 1990 le Prix du Journalisme du Crédit Communal pour une série d’articles consacrés aux «seigneurs de la terre en Brabant wallon», preuve de son intérêt déjà ancien pour le caractère foncier de la fortune de certaines grandes familles qui ont fait la province.

«Qui sait par exemple que deux Stéphanois firent successivement partie du club des neuf Belges les plus riches de Belgique au XIXe siècle? indique l’auteur. À savoir le club très fermé de ceux qui payaient le plus d’impôts fonciers à l’époque.» Leurs noms? «Mosselman d’abord, l’arrière-grand-père de la reine Paola, et Boël ensuite», répond Meuwissen. Tous deux furent, l’un après l’autre, les maîtres du château-ferme du Chenoy, à proximité de l’Arbre de la Justice, à Court-Saint-Étienne. Et tous deux régnèrent sur plusieurs milliers d’hectares. Des terres réparties sur Court-Saint-Étienne, Villers-la-Ville, Chastre, Mont-Saint-Guibert et Genappe, notamment. «Ajoutons à cela un mariage avec la fille d’un châtelain local, et voici le lien avec la famille Goblet d’Alviella établi», ajoute l’historien.

L’ouvrage à paraître, dont l’adverbe du titre joue habilement sur la dimension à la fois terrienne et très conséquente de ces fortunes, retrace donc la saga dynastique et patrimoniale de ces familles et la mainmise du grand capitalisme, tant financier qu’industriel, sur les bois et les champs brabançons.

Riche en illustrations

Le nouvel ouvrage d’Éric Meuwissen, de 168 pages au format A5, comptera de nombreuses illustrations en noir et blanc et en quadrichromie. Il est dès à présent vendu par souscription à 16€ jusqu’au 30 mars. Après cette date, son prix passera à 20€. Ajoutez-y 5€ pour les frais d’envoi par poste, les habitants du Brabant wallon pouvant cependant se procurer directement le livre en prenant contact avec l’auteur.

É.G.

Suivre le lien suivant pour lire l’article sur le site de l’Avenir.