Project Description

Extrait : « Je n’oublierai jamais cette messe. C’était il y a juste deux ans, le dimanche qui a suivi l’incendie d’une partie du château. L’émotion était palpable. Certains villageois tremblaient encore rien que d’y penser. Je devais les réconforter moi-même ». Le baron Bernard de Traux de Wardin, alors âgé de 61 ans, châtelain de Jodoigne-Souveraine, se souvient. C’était en mars 2000 lors de l’incendie de son château. Il se rappelle de la solidarité poignante que lui manifestèrent le soir même certains habitants du village. Surtout les anciens. Ceux qui avaient travaillé jadis. « A la messe le dimanche, certains tremblaient encore rien que d’y penser. D’autres pleuraient. C’est même nous qui avons dû les réconforter. Cela montre que le château est un peu « leur » château, moi je ne suis que le dépositaire, l’usufruitier, le conservateur. C’est pourquoi la reconstruction de ce château est tellement portée par la population du coin. « Ce château c’est un morceau de leur vie ou de celle de leurs parents ou grands-parents. »

pdf-document_318-23408L’art d’être chatelain – Les Traux de Wardin à Jodoigne