Project Description

À Rixensart, les pauvres vivent sous la perpétuelle menace de se voir fermer, s’ils votent mal, l’accès des bois de Monseigneur. – Emile Vandervelde (1891)

Au château de Merode à Rixensart, les murs débordent de legs du passé. Pensez donc, le castel est dans la famille depuis 1715 [1].

Nous sommes dans un « d’un des plus beaux châteaux du Brabant» [2]. Un domaine d’origine féodale qui appartient encore – bien que considérablement réduit – aux descendants plus ou moins directs des anciens seigneurs. Le cas mérite d’être souligné, car voici un « logis » ancestral ancré dans une continuité territoriale et historique. Rixensart fait ainsi partie des rares châteaux du Brabant wallon (avec Braine-le-Château et Jodoigne-Souveraine), correspondant à l’archétype des anciens logis seigneuriaux, ayant conservé tout ou partie de leurs vieux bâtiments, de leurs vieux meubles… Car les demeures des Merode débordent de richesses. Leur gendre Montalembert écrit « Ici les meubles sont opaques et noirs, les femmes aimables et peu disertes, vêtues de sombre; on devine plus de crucifix que de fleurs dans les chambres, mais on respire une atmosphère de droiture et de paix ».

Aujourd’hui pourtant, l’atmosphère autour du château semble bien lourde. L’atmosphère de paix à déserté les lieux. La famille a été fort éprouvée ces dernières années et n’a pas su s’adapter aux contraintes des temps nouveaux. L’avenir du château semble bien incertain [3].

[1] Auparavant, il appartint au 16e siècle aux célèbres familles de Croy puis à un homme d’armes relevant d’une famille riche et influente, à savoir les Spinola* avant d’aboutir par succession dans la famille de Merode qui le fit rebondir, par Oignies interposés, jusqu’à la branche de Westerloo. Marie Nicolassine de Merode, fille du marquis de Deynze hérita de sa tante Albertine Isabelle, veuve de Philippe Spinola, du château de Rixensart. En 1787, le patrimoine de la défunte (les seigneuries de Rixensart, Genval et Bourgeois) passe à son neveu Balthazar Philippe, comte de Merode-Monfort, marquis de Deynze et baron de Duffel. Le castel est séquestré comme bien d’émigré sous la révolution. En 1804 Balthazar-Philippe qui s’est enfui en Autriche, cède ses terres belges à sa nièce Marie Josèphe d’Oignies Grimberghe, épouse de Guillaume Charles de Merode. Rallié à Bonaparte, ce dernier entre en possession de Rixensart. Sur la succession des différents propriétaires de Rixensart, voir DE VOS (Charles) : Les seigneurs de Rixensart, Wavriensia, T. XIX, 1970, n° l, pp.11-25.

Lire la suite : Merode Rix

 

Références

[2] COSYN (Arthur) : LeBrabant inconnu. Bruxelles, 1911,p.223. Sur le château de Rixensart, voir notamment SANDER PIERRON : Histoire illustrée de la forêt de Soignes. T.III, Bruxelles, 1973. pp. 463-467.

[3]L’Avenir, 26 mars 2015, p.9.